Instituteur à Saint-Dier d’Auvergne, Lucien GACHON se fait remarquer par les succès scolaires de ses élèves et la qualité de ses interventions lors des réunions pédagogiques ou syndicales.

Biographie de LUCIEN GACHON

Fils de petits paysans du Livradois, Lucien GACHON est né le 21 septembre 1894 à La Guillerie, ferme isolée de la commune de La Chapelle-Agnon (940 mètres d'altitude).Ses parents possédaient un bien de 3 hectares qui, avec quelques locations complémentaires, nourrissait 4 vaches laitières et 2 chèvres. Son père était chef cantonnier, responsable de l'entretien de 6 kilomètres de route empierrée. Sa mère vaquait aux travaux de la ferme. Comme la plupart de leurs voisins, ses parents étaient chrétiens et avaient fait baptiser leurs trois enfants, Lucien étant encadré d'une sœur aînée et d'une sœur cadette. Son grand père maternel, journalier à La Guillerie, qui allait à la messe et lui contait les prônes entendus l'assurait cependant qu'il valait mieux croire en Dieu qu'aux curés. Tous ses ascendants étaient aussi républicains. Le 14 juillet,de conserve, le père et le grand-père faisaient "péter la carabine" pour manifester leur attachement à la République. Bons patriotes, ses parents répondirent à l'appel du gouvernement Viviani, en 1915, et offrirent toutes leurs économies – 300 francs or – pour la défense nationale en échange de billets de banque.   "C'est beau d'être fils du peuple. C'est beau d'être pauvre et de sentir en soi l'exaltation d'un idéal" (Henri Gouttebel).
Lucien Gachon : un itinéraire entre géographie rurale et littérature agreste.
..........................................................................
Lucien Gachon Le dimanche matin, veille de la rentrée (octobre 1915), j'y arrive avec mon bagage dans la voiturette tirée par Belza, l'âne de mon cousin Jean du Verdier . Avec l'intention de préparer moi-même ma coupe du soir et mon café au lait du matin, je fais halte au milieu du bourg à l'hôtel-restaurant Ricou-Bion, pour mon repas de midi. Une bonne grand-mère, un vieil oncle, une tante, un jeune ménage, un commis régisseur de leur étable. "Eh bien, dit la tante, pour un jeune Monsieur qui ne gagne que 100 francs par mois, ce sera 23 sous"…
Le Prix Lucien-Gachon a vu le jour en 1994
Prix Littéraire Lucien-Gachon
Tous droits réservés association Prix Lucien-Gachon/2015
Né en 1894 dans les monts du Livradois, modeste fils de cantonnier et petit-fils de paysan, Lucien Gachon représente un modèle d’accès à l’élite de la République par le mérite scolaire.
La période de l’Entre-deux-guerres, marquée par les exaltations, les doutes et les ambiguïtés de la genèse des sciences humaines françaises 1, offre une diversité étonnante de figures rebelles aux classifications simplistes et, de par leur position plus ou moins marginale par rapport au « noyau » des Annales, oubliées des généalogies de l’historiographie française. Mais la reconstitution du contexte propre à l’émergence du paradigme scientifique de Bloch et Febvre ne pourrait être complète sans l’évocation de ces trajectoires tangentielles, contre ou avec lesquelles il s’est cristallisé. On ne saurait, non plus, admettre sans examen plus approfondi l’idée rassurante d’un legs exclusif de ces deux grandes figures tutélaires et de celles des héritiers de Vidal de la Blache dans les écoles historique et géographique nationales 2, et refuser de voir, parfois au-delà des frontières de la stricte scientificité, dans le champ de l’idéologie, des origines plus discutables aux questionnements et aux pratiques actuels. La connaissance historiographique, loin d’être gratuite, est la condition sine qua non de la lucidité scientifique ; elle est également, on l’oublie trop souvent, un enjeu de pouvoir qui ne peut être abandonné aux récupérateurs habiles.
Association “Prix Lucien-Gachon”   21 rue Ernest Renan    63400  CHAMALIERES France Tél: 06 72 00 11 73
LUCIEN GACHON, un Auvergnat, paysan, instituteur puis professeur, géographe et écrivain. Il a coécrit, avec Henri Pourrat, cette phrase sublime sur l’Auvergne : « Au commencement Dieu créa l’Auvergne et puis plus rien, plus rien, plus rien et puis tout le reste du monde. » Né en 1894 au domaine de La Guillerie situé près de la Chapelle-Agnon dans le Puy de Dôme, il est l'auteur, entre autres, du magnifique roman Maria qui a frôlé le prix Goncourt en 1925.
Ecouter l’émission de Christian ROBERT “Histoires d'Auvergnats”dédiée à Lucien Gachon.